plus qu'une maison d'hôtes


Une passion  |  Evènements  |  Artistes & Exposition 2015  |  Historique des Expositions

Exposition 2014 - Conférence 2014 - Exposition 2013 - Exposition 2012 - Exposition 2011

Artistes - Exposition 2014

Invitation

Olivier Bartoletti : Max Charvolen : Krochka : Françoise Kulesza : François Schmitt : Sylvère

Olivier Bartoletti

Olivier Bartoletti

 

Techniques mixtes
Vertigo vs Fahrenheit MMXIV
H50 x 50 x 6 cm 

Olivier Bartoletti Techniques mixtes
Furyo 2010
H84 x 84 x 5 cm 

Techniques mixtes
Deep Water Horizon 2010
H160 x 140 cm

Olivier Bartoletti né en 1973 à Montpellier
Vit et travaille à Barcelone (Espagne) et en Camargue (France)
1996  Diplômé de l’Ecole Pilote Internationale d’Art et de Recherche / EPIAR - Villa Arson, Nice

Poser l'insaisissable

… Il n’y a pas d’objets chez Olivier Bartoletti, il y a la peinture qui se change et devient une construction, par exemple. Cette construction souvent fragile peut s’accrocher à un point de l’espace mettant en cause la gravitation, se poser sur un mur ou un sol, nous obligeant à relire le monde grâce à son organisation colorée, transparente, rythmée. « Le tube de peinture » dit très directement l’auteur « a été remplacé par le tube coloré du coton-tige » quand on sait que ces tubes, souvent ramassés à terre, sont des restes « cueillis » lors de marches exploratrices ou archéologiques, nous comprenons que l’expérience de la peinture, chez Olivier Bartoletti, est partout…

Olivier Bartoletti, par ses œuvres, propose de vivre ce processus de la vision et de ses virtualités. En permanence, il fabrique notre relation au monde, une relation intense parce qu’aventureuse, incertaine donc étonnamment vivante…

Extrait du texte d’Olivier Kaeppelin-2011
Directeur de la fondation Maeght à Saint-Paul-de-Vence (06)

Présent  au Fonds National d’Art Contemporain de Paris

Expositions (sélection)

2014 TPK project, Centre Culturel Métropolitain Tecla Sala, L'Hospitalet, Espagne
2013 Clos de la fontaine, Saint-Laurent-La-Vernède (30)
Entrée libre mais non obligatoire (Collection Noël Dolla), Centre National d'Art Contemporain / CNAC / Villa Arson, Nice
2012 Project room, Centre Régional d'Art Contemporain / CRAC, Sète (30)

http://www.olivierbartoletti.com

Olivier Bartoletti : Max Charvolen : Krochka : Françoise Kulesza : François Schmitt : Sylvère

Max Charvolen

Marc Charvolen



Fragments de toile, pigments, colle
Château de Carros, entrée, escalier de service, accès bureau 1er étage, escalier,  mur, sol
H129 x 97 cm

Marc Charvolen

 


Fragments de toile, pigments, colle
Avignon, rue du Four, trottoir, escalier et mur
H97 x 97 cm

Marc Charvolen

 


Fragments de toile, pigments, colle
Cannes, cour du Lycée Carnot, deux bas de colonne, deux sols, une marche, mur
H107 x 77 cm

Max Charvolen en 1946 à Cannes
Vit et travaille à Cannes et dans diverses villes où on lui propose des lieux sur lesquels exercer son travail de peintre.
Participe au groupe INterVENTION  (1968-1973) et aux manifestations de l’École de Nice depuis cette date.
Co-fondateur du groupe 70 (1970)

Questionner la limite

Depuis le début de sa pratique jusqu’à ses derniers travaux sur bâti, Max Charvolen questionne la limite.  Limites spatiales qu’il détermine par le déplacement de son corps et dont il marque les états avec la couleur ou la non-couleur.Limites qu’il transgresse quand les Sondes s’échappes vers un ailleurs ou quand les mises à plat informatiques repoussent les possibles de la représentation à l’infini.  Limites de l’espace symbolique de la toile qu’il renverse pour le faire adhérer au modèle qu’il est censé figurer.Par l’originalité des ses procédures, Max Charvolen transfigure le réel.  Il investit l’espace au plus près du tangible et il le donne à voir transformé, déployé, au plus loin de la ressemblance.Insatiable, il recherche les lieux modèles : façades, passages, escaliers, recoins oubliés d’une cour intérieure le provoquent.  Les lieux sont des machines à fabriquer de la forme et questionner la peinture.

Art Vif  N° 24 Juillet 2012 

Expositions (sélection)

2013 Lieux communs, galerie AL/MA, Montpellier
2012 Langue de territoire (morceaux choisis), galerie l’Espace du dedans, Lille
2011 Escalier, murs, sol, Hall du musée Fernand Léger ; La peinture autrement, phase 3, Salle 1, musée national Fernand Léger, Biot

Présent dans de nombreuses collections publiques

http://portraitsdartistes.free.fr/maxcharvolen.html

Olivier Bartoletti : Max Charvolen : Krochka : Françoise Kulesza : François Schmitt : Sylvère

Krochka

Krochka

 

Peinture à l’huile
Sans titre 2013

Krochka

 

Peinture à l’huile
Sans titre 2005
H46 x 33 cm

Krochka

 

Peinture à l’huile
Sans titre 2013


Krochka vit et travaille à Paris et à Puéchabon (Hérault)

Ce silence inhabituel

…Pour voir sa peinture vous devrez encore voyager un peu… C’est une peinture lointaine, qui n’a pas de sujet, presque pas de couleur, presque pas de forme. Pardonnez-lui cette austérité, ce silence inhabituel. Patientez un peu, le « silence optique » apparaîtra (ne plus vouloir « voir », « comprendre », « être frappé »). Dans ce silence optique le gris- vert commencera à vibrer, à envoyer une lumière lointaine et diffuse. (Il faut parfois chercher l’angle d’où la peinture est plus visible, d’où elle ne brille pas…)

Que reste-t-il à voir ? Cela dépend en partie de vous, Regardez ces formes sobres, qui viennent, sans se détacher, sans se couper du fond. Elles ne sont pas nombreuses : une, deux, trois au plus. Leurs rapports, leurs mouvements restent entre deux mondes, l’invisible et le visible, entre inconnu et compréhension.

 Quand on est dans le lieu, où toute forme risque de trahir, mentir, et où en même temps on est obligé de formuler, d’exprimer, - alors on est dans l’art … (Peut être avec ces lignes aussi j’ai trahi, banalisé, ridiculisé ce que je voulais apprécier ! Voilà le problème.)…

 Alexandre Hollan – Mai 2001

Expositions (sélection)

2013 Galerie Gimpel & Muller- Paris
2013 La Maison de Brian – Simiane-La-Rotonde (04)
2010 Galerie Gimpel & Muller- Paris (avec Denise Lioté peintre)
2009 Kunstkabinett- Bonn (Allemagne)

http://www.gimpel-muller.com/exposition-Denise-Liote-26.html

Olivier Bartoletti : Max Charvolen : Krochka : Françoise Kulesza : François Schmitt : Sylvère

Françoise Kulesza



Françoise Kulesza

Dessin
Réseau 2013
H45 x 115 cm

Photographie
Réflexion 2007
H39 x 58 cm

Sculpture acier peint
Sans titre, 1996
H24 x 29 x 29 cm

Françoise Kulesza

Françoise Kulesza

Françoise Kulesza

Françoise Kulesza née à Saint – Etienne (42)
Vit et travaille à Sèvres (92)
1978 Diplômée de l’Ecole nationale supérieure des Beaux - Arts de Paris (section sculpture).

A propos

Elle aborde la sculpture par une réflexion sur le corps humain. L’acier se révèle très vite un matériau de prédilection. Sa dureté, et son absorption de la lumière, lui permettent d’aller au plus près de la forme.

En1996, la « figure »  fait place à l’« abstraction géométrique ». Les sculptures de cette période sont exécutées par pliage et assemblage de plaques d’acier de grandes dimensions. Recherche constante, au travers de l’aplomb, du point limite entre équilibre et déséquilibre. L’aboutissement de cette recherche l’amène en 1998 à évoluer désormais dans le cadre esthétique du « minimalisme américain »: Peintures sur médium de facture « concrète ». Dessins à l’encre de chine sur calque polyester - son économie d’expression est dominée par la ligne. Photographies - travail sur le blanc et écriture dans l’espace.

Depuis quelques années, l’ordinateur a remplacé l’outil traditionnel du dessin. Grâce à ses possibilités combinatoires, le champ de ses recherches s’en trouve démultiplié. Il lui permet de faire alterner le calcul et le hasard dans une réflexion sensible.

Expositions (sélection)

Réalités nouvelles 2013, « Le long de la ligne » Paris CONCRET
Biennales de Sculpture : Jouy sur Eure, Issy-les Moulineaux, Boulogne-Billancourt
« Un sculpteur, deux peintres », Chapelle de la Salpêtrière – Paris

http://francoisekulesza.com/francoise_kulesza_artiste_plasticienne/BASE-GENERALE.html

Olivier Bartoletti : Max Charvolen : Krochka : Françoise Kulesza : François Schmitt : Sylvère

François Schmitt

François Schmitt

François Schmitt
Diaphane plume rose d’une aurore.Chapelle Saint-Drédeno, (Morbihan)L’art dans les Chapelles 2010

François Schmitt
Photographie
Bond, rebond, suspension
H45 x 65 cm

François Schmitt
Carnet
Feutre et aquarelle sur papier
H18 x 15,5x 0,5 cm

 

François Schmitt né à Neuilly-sur-Seine en 1959

Vit et travaille à Paris

Peindre avec la lumière

Je peins. Je capte une lumière et crée un espace : je fige cet instant dans l’espace plat et défini du tableau. La peinture, je la remets en mouvement. Dès l’aurore, j’ouvre ma fenêtre (sur le monde), la referme sur elle-même et tire mon rideau (monochrome). La pièce est inondée de lumière rose : les murs blancs deviennent verts (couleurs complémentaires), l’orange appelle le bleu, le violet se fond dans le pourpre : couleurs du soir, lumières de la nuit qui avancent sur la nuit…

…J’installe, j’assemble mes  « objets trouvés » en équilibre précaire (still life ou nature morte), ils vibrent et vacillent : heureux hasard d’un événement (event). Je contemple ce « calme bloc ici-bas chu d’un désastre obscur » *Fixe l’instant en le photographiant « tel qu’en lui-même enfin l’éternité le change » *

…Les cahiers de calligraphie coloriés au feutre forment des damiers de couleurs réfléchissant une proposition formelle définie (ou indéfinie) au fil de mes pensées (et divagations) de la journée. Tenu comme un journal : de jour en jour, d’heure en heure, de carré en couleur scandant en silence le temps passant : c’est un espace de recueillement.

François Schmitt

-----------------------------------------------------------------------

* Stéphane Mallarmé « Le Tombeau d’Edgard Poe »

Expositions (sélection)

2013  «3 mois pour en arriver là », L’H du Siège, Valenciennes
          « Poétique d’objets », Laac, Dunkerque
2011  « L’aurore de Tom », Moments artistiques chez C. Aubert, Paris
2010   L’art dans les Chapelles, Pontivy (Morbihan)

Présent dans des collections publiques

http://www.artchapelles.com/internet/index.php?numrubrique=490&numsousrubrique=505

Olivier Bartoletti : Max Charvolen : Krochka : Françoise Kulesza : François Schmitt : Sylvère

François Schmitt

Sylvère

Sylvère Peinture à l’huile
Sans titre
H150 X 116 cm
Sylvère Peinture à l’huile
1, 3, 5, 7 et satellite 9
Diptyque 2 X (H83 X 45.5) cm
Sylvère


Peinture à l’huile
Stria-Jupette
H54,5x40


 

 

Sylvère né en 1933 à Soisy sur Montmorency (95)
Vit et travaille à Aubarine, Rochegude (Gard)

Exterritorialités

Le travail de Sylvère s’inscrit dans un espace propice à la réflexion. Nuançant ses supports, il expose des inscriptions complexes dans une temporalité à redéfinir à chaque vision. Les territoires de l’art parfois bornés par trop de savoir se trouvent chez lui dépassés, se positionnant alors dans une dimension relevant de l’exterritorialité, fiction diplomatique dans la langue des ambassades ou des représentations et réalité métaphorique dans sa peinture.… Sylvère opère une recherche picturale à partir d’éléments de récupération. Toute chose peut servir à nouveau, l’usé acquiert une valeur d’usage lié à son usure même. Le vécu des choses annonce le vécu de la toile. Ses déserts abstraits se trouvent habités par des légions de passants, d’usagers de ces objets d’art ou non qui finissent par glisser dans une indifférence polie. Il les extrait de ce repos forcé afin de leur redonner une nouvelle vie, se servant d’eux comme des supports nouveaux. Cette transmutation du vieux en artistique s’inscrit ici encore dans la problématique d’une économie personnelle qui ne néglige point l’humble, quitte à transformer la boue en or lors d’un acte créateur.  Avec la déambulation visuelle du spectateur le long de ces continents engloutis demeure présente la notion d’imperceptible. A quoi pouvoir se raccrocher dans ces mondes flottants où la prise de l’alpiniste se confond avec la prise de risque du peintre. De cette spatialité recomposée entre un univers rêvé et une matérialité puissante émerge la satisfaction des ruptures négociées. Au terme d’un parcours orageux, face à la déferlante créatrice, les limons de Sylvère se positionnent en une composition presque apaisée. Une moisson ultérieure peut désormais naître à nouveau dans le feu d’artifice d’un éternel recommencement.
Christian SKIMAO

Nous sommes contemporains de notre origine

« L’art n’est pas le mémorial du sentier, il en est la vérité :… l’art nous oblige à considérer tout autrement la contemporanéité d’une œuvre. En elle, nous sommes contemporains de notre origine qui est perpétuelle… »
Henri Maldiney

Expositions (sélection)

2013  Clos de la fontaine, Saint-Laurent-La-Vernède (Gard)
          Exposition collective au Musée PAB, Alès (Gard)
2012  L’après PAB - Galerie-Librairie E.Hutin au XXIV ème Salon International du livre au Grand Palais, Paris
2011  Collectif Paintings in Hospitals, Londres

http://sylvere.midiblogs.com/

Exposition 2014 - Conférence 2014 - Exposition 2013 - Exposition 2012 - Exposition 2011

plus qu'une maison d'hôtes


Le Clos de la Fontaine * 3 rue du lavoir F-30330 Saint Laurent la Vernède * +33 4 66 72 97 85 * +33 6 13 97 82 64 * michel.rey66@orange.fr

Maison d'art et d'hôtes de charme en Provence gardoise près d'Uzès, le Pont du Gard, Avignon, Nîmes, Orange, Alès et Arles


© Le Clos de la Fontaine - Chambres d'hôtes Uzès - Webmaster VF